Filtrer

Période
Lieu de production
Couleur
Format
Filtrer

1904-1929 | Les Liquidatreuses

Pleasure Wine : Chartreuses de 1904-1929 | Les Liquidatreuses

 

La Chartreuse "Liquidatreuses" de 1904-1929 (Fourvoirie / Voiron)

 

La période 1904-1929 fait directement suite à l'exil des Chartreux, chassés de France par le Gouvernement pro-laïque d'Émile Combes. Henry Lecouturier est alors chargé de prendre possession de tous les biens des moines, suite à l'application stricte de la loi de 1901 sur la séparation de l'Église et de l'État. Avant même qu'il ne puisse commencer son travail, le monastère de la Grande Chartreuse est mis à sac par des pillards. Après avoir terminé son bref inventaire, Lecouturier se retrouve donc fort dépourvu : les moines ont pris avec eux tout leur matériel et ont mis le feu aux stocks de plantes avant de quitter le pays. L'État français doit donc travailler avec un distillateur professionnel afin de tenter de recréer la liqueur de Chartreuse, en partant de quelques bouteilles stockées sur les lieux.

C'est la famille Cusenier qui se voit offrir la chance de reprendre la marque de ses plus grands concurrents. En octobre 1904, la société "Entreprise des Grandes Marques Alimentaires" est fondée par Lecouturier. Elle a pour devoir de verser 16% de ses ventes au Gouvernement, tout en respectant un minimum de 800 000 Francs de chiffre d'affaires annuel. Cusenier, célèbre liquoriste inventeur du Grand Marnier et de l'absinthe Oxygénée, supervise la production de la Chartreuse à Fourvoirie. Pendant trois ans, la France vend donc des Chartreuses d'État, sarcastiquement surnommées "Liquidatreuses" par le grand public, en souvenir de la liquidation des biens des moines.

Malgré des ventes faméliques (à peine 10% de celles faites par les Pères), Lecouturier persiste. Il met en place une société anonyme appelée "Compagnie Fermière de la Grande Chartreuse", dès juillet 1905. Cusenier fait partie des membres fondateurs, et la compagnie devient propriétaire de la marque Chartreuse en juin 1906 après l'avoir achetée pour une bouchée de pain. La société s'installe dans les anciens locaux de Voiron (le loyer de ceux de Fourvoirie étant devenu trop élevé) en 1911. La Compagnie Fermière voit ses ventes chuter toujours plus ; non seulement parce que l'export ne leur est pas permis (une décision de justice de 1908 stipule en effet que les pères Chartreux restent propriétaires de leur marque en dehors du territoire français), mais surtout parce que les amateurs de Chartreuse sont très critiques envers ce qu'ils estiment n'être qu'une pâle copie.

Après la mort d'Élisée Cusenier en 1928, la Compagnie Fermière périclite puis finit par faire faillite en 1929. Des amis des Pères Chartreux prennent possession de ce qu'il reste de l’entreprise et mettent en œuvre le retour des moines en France. La crise économique de l'après-guerre ayant pris le pas sur les questions de laïcité, le Gouvernement français laisse à présent les religieux tranquilles. En septembre 1929, l'ancienne Compagnie Fermière devient ainsi la "Compagnie Française de la Grande Chartreuse" et la distillerie de Fourvoirie rouvre enfin ses portes.

Lire la suite

Menu

Paramètres

Créez un compte gratuit pour sauvegarder des articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter