×

1904-1930

Pleasure Wine : Chartreuses de 1904-1930

 

La Chartreuse de 1904-1930 (Tarragone)

 

Chassés par le Gouvernement Français en avril 1903, les moines Chartreux prennent la route de Pignerol (dans le nord-ouest de l'Italie), avant d'arriver à Farneta, en Toscane. De là, ils se dirigent ensuite vers Tarragone, afin de rejoindre les Chartreux partis en éclaireurs en octobre 1902. Ne pouvant plus utiliser leur marque "Chartreuse" sur le territoire français, puisqu'elle a été confisquée par le Gouvernement, les moines passent à présent par leur nouvelle société d'exploitation, ou "Union Agricola" en espagnol (UA, pour faire court), afin de vendre leurs liqueurs en Espagne. Les moines créent bientôt de nouveaux formats de bouteilles (col droit, losange "CAR" pour "Cartujos" sur l'étiquette) ainsi que de nouvelles marques destinées au marché français, puis tentent de les exporter en juin 1904.

Le caviste parisien Dubonnet est choisi par leurs soins comme distributeur officiel. Les bouteilles arrivent bien en France, mais Dubonnet se voit empêché de les livrer sur le territoire, les Pères Chartreux étant accusés de copier la marque Chartreuse appartenant désormais à l'État français. Les moines devront attendre une décision judiciaire de 1907 pour refaire du commerce dans l'hexagone. En 1908, un autre jugement rend aux moines l'usage de la marque "Chartreuse" hors de France, empêchant par la même occasion le Gouvernement d'Émile Combes (Président du Conseil des ministres français) de vendre sa Chartreuse d'État en dehors du pays. La Compagnie Fermière mise en place par Combes et son liquidateur Lecouturier se retrouve ainsi privée d'export. Ils mènent toutefois une guerre ouverte contre les moines sur le territoire français, copiant à l'identique le design d’origine (à l’exception de la mention "Lith. Allier. Grenoble", qui devient "Imp. Lith. Grenoble") afin de jouer sur la confusion.

Suite à la mésaventure qu'ils ont vécu avec Dubonnet en 1904, les moines se tournent vers un autre distributeur : le marseillais Henri Durand. Celui-ci s'associe avec Paul Brézun, un proche des Chartreux, et ils fondent ensemble en 1906 la "Brézun, Durand et Compagnie", une société française qui passe contrat avec l'UA espagnole et commence à vendre les véritables Chartreuses en 1907 en France. La société devient "Brézun, Durand & Ripert" en janvier 1916, avec l'ajout d'Alfred Ripert à sa tête. Marseille devient le point d'entrée principal de la Chartreuse en France.

Lors de l'importation, chaque bouteille est taxée (il s'agit du fameux timbre que l'on peut voir collé sur le bouchon des bouteilles) et les moines cherchent à baisser leurs coûts. N'étant pas encore les bienvenus sur le territoire français et ne pouvant donc pas faire construire de distillerie sur place, ils décident de faire amener la liqueur par bateau dans des fûts puis de la mettre en bouteille dans un entrepôt marseillais. En janvier 1930, c'est la fin d'une histoire pour Combes, Lecouturier et leur compère Cusenier (qui était chargé de la distillation des "Liquidatreuses"). La Compagnie Fermière qu'ils avaient créée ferme ses portes et les amis des Pères Chartreux rachètent la société. Ils la renomment "Compagnie Française de la Grande Chartreuse" et commencent rapidement à organiser le retour des moines en France.

Lire la suite
Affichage 1-3 de 3 article(s)

Menu

Paramètres

Créez un compte gratuit pour sauvegarder des articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter