Filtrer

Période
Lieu de production
Couleur
Format
Filtrer

1840-1869

Pleasure Wine : Chartreuses de 1840-1869

 

La Chartreuse de 1840-1869 (Grande Chartreuse / Fourvoirie)

 

C'est en 1840 que Frère Bruno Jacquet, alors promu chef pharmacien du Monastère de la Grande Chartreuse, expérimente sur la Liqueur Mélisse (un dérivé de la liqueur verte originale de 1764). Au terme de plusieurs essais, il parvient à inventer une liqueur jaune, qui titre 43° au lieu de 55°. Celle-ci rencontre immédiatement un fort engouement de la part du public, qui la surnomme "Reine des Liqueurs".

Les moines reprennent le nom, en changeant également celui de la liqueur verte qui devient à présent "Chartreuse verte". Il s'agit donc des balbutiements de la marque Chartreuse telle que nous la connaissons encore aujourd'hui, et le début de son succès commercial. Cette même année 1840, les moines agrandissent leurs ateliers de production. En 1848, une rencontre fortuite entre des officiers de l'Armée des Alpes et les Pères Chartreux fera de ces militaires d'ardents ambassadeurs de la liqueur, qui en feront la publicité dans toute la France par la suite.

Avec la célébrité vient la contrefaçon. Les années 1940 et 1950 voient émerger de nombreux imitateurs, qui vont jusqu'à reprendre le nom "Chartreuse" sur leurs bouteilles. Charles Meunier (détenteur d'une copie de la recette originale de la liqueur depuis 1813) aura été l'un des premiers adversaires des moines en 1842, avec ses étiquettes "Élixir de la Grande Chartreuse" et "Liqueur de Chartreuse". La famille Meunier possède toutefois le droit d'utiliser la marque Chartreuse depuis 1842, suite à un accord à l'amiable avec les Pères.

Dom Louis Garnier, le directeur de la distillerie depuis 1834, intente ensuite procès après procès aux faussaires. En 1853, les juges autorisent l'utilisation libre du terme "Chartreuse", à une seule et unique condition : y apposer un comparatif. Une quinzaine de procédures s'ensuivront, jusqu'en 1869, les concurrents des Pères Chartreux redoublant d'efforts pour vendre leur "Liqueur identique à la Chartreuse" et autre "Spiritueux supérieur à la Chartreuse".

C'est également durant la période 1840-1869 que les moines déplacent leur principal lieu de production. La Grande Chartreuse dérange en effet le Pape Pie IX, qui voit d'un mauvais œil ce commerce d'alcool ainsi que les manquements répétés à la règle de silence monastique. En 1862, la distillerie est donc déménagée vers le site de Fourvoirie, à une dizaine de kilomètres du monastère. Et pour stocker les bouteilles, c'est un entrepôt situé à Voiron qui est sélectionné, de par sa proximité avec la voie ferrée.

Lire la suite

Menu

Paramètres

Créez un compte gratuit pour sauvegarder des articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter